Accueil H&K
Recherche:
logo

Prépa Magazine

PrépaMag est le magazine des classes prépas scientifiques. Vous y trouverez des articles de fond sur des thèmes autour de la prépa, qui vous permettront d'enrichir votre culture scientifique, de mieux naviguer dans ces années difficiles et de comprendre ce que l'on attend de vous en cours et aux concours. Il crée un lien entre les élèves en abordant des sujets issus à la fois des études et du quotidien du préparationnaire.

Vous y découvrirez aussi ce que l'on fait après la prépa, en école et au-delà, grâce à des présentations d'écoles, de métiers et d'anciens élèves. Trop souvent, on choisit son école selon son prestige ou sa localisation géographique, en faisant l'impasse sur ce qui est pourtant le plus important, c'est-à-dire le contenu des études, les métiers auxquels elle prépare et la manière dont elle accompagne ses élèves. Vous trouverez dans nos pages les informations et les analyses dont vous aurez besoin pour choisir une école qui vous correspond.

Le magazine a été créé en 2007 par une équipe passionnée par l'enseignement, l'industrie et les sciences; elle est composée d'une vingtaine de personnes, enseignants, ingénieurs et chercheurs. PrépaMag est adossé aux Éditions H&K, bien connues dans les prépas grâce aux Annales des Concours et aux 20 Dissertations.

Vous pouvez lire en ligne la première page de chaque article des derniers numéros à partir des miniatures en haut de cette page.

Voici un exemple de visuel paru dans Prépa Magazine. Cliquez sur l'image pour télécharger le PDF haute résolution.

Le Covid aux oraux de langue

Vous le savez, les oraux de langue s'appuient bien souvent sur des articles de presse choisis parce qu'ils donnent l'occasion de s'exprimer sur des sujets de société. Aux oraux 2021, attendez-vous à voir passer des sujets portant sur le Covid.

Ce qui sera apprécié des examinateurs – outre votre niveau de langue – c'est votre compréhension du sujet dans de multiples dimensions.

Le degré zéro serait de parler de votre expérience personnelle, ou de celle de votre entourage.

Le degré un, de parler de la maladie en termes scientifiques, par exemple épidémiologiques : vitesse de propagation, tâtonnements dans la recherche de traitements, désaccords entre experts sur l'hydroxychloroquine, critères de sécurité des vaccins, etc.

Le degré deux, le traitement politique de la maladie, notamment la pertinence du confinement en tant que stratégie médicale.

Il faut aller encore au-delà et s'intéresser aux conséquences du confinement. Elles sont notamment économiques, ce que l'on peut approcher d'une manière globale (chute brutale du PIB) ou démoyennisée (certains secteurs sont plus touchés que d'autres).

Elles sont aussi sanitaires : des personnes qui n'ont pas été soignées pendant le confinement vont mourir, parce que leur maladie cardiaque ou leur cancer n'a pas été pris en charge à temps.

Les conséquences sont aussi psychologiques : effets d'une ambiance de terreur entretenue par les médias pendant des mois ; effets du confinement (solitude, manque de soutien) ; effets de l'interdiction de travailler, comme cette restauratrice bretonne dont le suicide n'est pas sans rapport.

Il ne faut pas oublier les conséquences sociales. Selon un sondage de l'IFOP (19 novembre 2020), 85% des Français s'attendent à une explostion sociale dans les prochains mois. Le sentiment est largement partagé par la population : 92% chez les ouvriers, 79% chez les cadres ; 62% chez les électeurs La République en marche et Les Républicains, 93% chez les électeurs de La France insoumise et du Rassemblement national.

Le ras-le-bol pourrait même dépasser la simple contestation car, fait étrange, un citoyen annonce qu'il mènera prochainement un coup d'État.

Tous les degrés seront utiles pour parler du Covid. L'important sera de montrer que vous pouvez vous extraire des psychodrames, prendre de la hauteur et exprimer une opinion articulée et étayée dans plusieurs domaines.

Choisissez vos sujets... de conversation

En France, « pays des droits de l'homme », l'heure n'est plus à la liberté de parole. Selon un sondage réalisé par QAPA auprès de 4,5 millions de personnes (analyse réalisée selon la méthode des quotas), 32% des Français n'osent plus du tout s'exprimer sur leur lieu de travail et 47% ne le font qu'avec des personnes de confiance.

Les sujets les plus tabous concernent l'égalité (sexes, sexualités, races, etc.) : 89% ; les religions (78%) ; la gestion de l'épidémie de Covid (59%) ; la politique (58%).

87% estiment que la liberté d'expression est menacée au travail, 71% s'autocensurent et 68% ont déjà eu une altercation en raison d'opinions divergentes.

Ce qui vaut au travail vaut aussi à l'école, tout particulièrement en prépa où l'ostracisme de camarades de classes – ou de professeurs – peut être très difficile à vivre et empêcher d'étudier sereinement.

Si vos convictions ou vos réflexions sont à contre-courant des discours dominants dans votre environnement, soyez prudent. Ne prenez pas le risque de brider vos chances d'intégration. Pensez aux concours et à rien d'autre. Vous aurez ensuite le loisir de vous rattraper.

Boutique prépa

Vous rêvez d'un sweat shirt qui parle de la prépa ? d'un mug ? d'une coque de téléphone ? Faites un tour sur PrépaShop.


Suite...

Ce que vous pensez de Prépa Mag

Bernard Castaing, Académicien, Professeur à l'ENS Lyon

Je n'ai pas encore eu l'occasion de vous remercier pour la revue que vous nous avez fait parvenir. En la parcourant, j'ai trouvé les articles de très bonne qualité. J'ai surtout apprécié le souci constant que j'y ai trouvé de démythifier la prépa, ses relations professeur/élève, et de rassurer ces derniers sur leur capacité à surmonter les difficultés.

Je suis désolé en effet de voir tant d'adolescents renoncer à simplement aborder les sciences, découragés par les prédictions alarmistes sur les insurmontables difficultés qu'ils y rencontreraient. Je n'ai pas l'impression, contrairement à ce qu'on entend, qu'ils aient un niveau intellectuel inférieur à leurs prédécesseurs. Je trouve qu'on leur demande beaucoup, et qu'ils y acquièrent une agilité intellectuelle qui leur permettrait facilement de rattraper la culture pointue qui leur manque, si on ne les avait pas auparavant écartés de la voie qu'ils visaient.

Merci donc d'aider à diffuser des idées simples, et de répandre un discours optimiste.


Nicolas Huang, enseignant-chercheur en physique

Encore bravo pour votre magazine instructif et profitable pour tous. Bonne continuation et bon succès à votre excellent magazine.


Étienne Chantrel, ancien élève de l'ENSAE, docteur en économie

J'aime tout particulièrement les articles de mathématiques de la rubrique Muscler l'intuition. Ils permettent de saisir la logique d'ensemble de plusieurs chapitres, ce qui favorise une compréhension globale; voir comment on peut étendre ou généraliser une notion du cours aide à percevoir les limites du programme; la construction intuitive ou logico-historique des notions en début d'article est particulièrement éclairante. Sans compter les « trucs et astuces » !


Jonathan Mayan, élève en prépa

Je suis un de vos (nombreux) lecteurs, en sup, et je souhaitais avant tout vous remercier pour la qualité de votre travail. Particulièrement la rubrique « Comment réussir les oraux? » du dernier numéro, qui a grandement participé à ma réussite aux oraux aux petites mines (16,1 de moyenne) et toute l'année par son contenu précieux lors des kholles. J'apprécie également « L'épreuve de lettres », mine d'inspiration extrêmement utile...