Accueil H&K
Recherche:
logo

Actualités (2016)


Nouveau parcours mi-scientifique, mi-commercial (2016-12-02)


De nombreuses écoles d'ingénieurs et de commerce tentent de combiner leurs offres d'enseignement en permettant à des élèves-ingénieurs de suivre un double cursus en école de commerce. Cette approche permet de répondre à des demandes de l'industrie, qui recherche des profils polyvalents, mais exige des efforts et des sacrifices très importants de la part d'élèves en fin de scolarité.

L'école d'ingénieurs UTC et l'école de commerce Kedge proposent maintenant une autre approche. Après le bac (ou après une sup !), les élèves suivent une classe préparatoire intégrée combinant les sciences et technologies d'une part, les sciences humaines et sociales d'autre part. À son issue, les étudiants pourront choisir une formation d'ingénieurs, ou une formation de manager, ou encore un double-diplôme, qu'ils seront cette fois bien préparés à aborder.

Les inscriptions se font via APB; la scolarité sera déployée sur deux campus (chaque élève doit en choisir un dès le début): Marseille (campus de Kedge) et Compiègne (campus de l'UTC).



Abrégé des programmes (2016-10-19)


L'entreprise de cours particuliers Réussite a écrit une présentation très succincte des programmes de prépa, tout en français, sans aucune équation. Vous les trouverez ici: sup, spé.



Fusion des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne (2016-10-04)


Au 1er janvier 2017, les Mines de Nantes et Télécom Bretagne fusionneront. Leur organisme de rattachement, l'Institut Mines-Télécom, se rebaptise à occasion IMT. L'école fusionnée s'appellera ainsi IMT Atlantique.



L'ISMANS se rapproche du CESI (2016-09-29)


L'ISMANS, école d'ingénieurs située au Mans, est particulièrement en pointe dans la modélisation mécanique structurelle automobile. Elle recrute des élèves de prépa sur le concours e3a (écrit + entretien), des diplômés d'IUT et de BTS (sur dossier), et des élèves étrangers (concours EGA). Dans le contexte de son rapprochement avec le CESI, elle a choisi d'ouvrir un cycle préparatoire intégré. Son directeur, M. Quinquis, a bien voulu nous dire pourquoi.




Prépa Magazine: Continuerez-vous quand même à recruter en CPGE ?

M. Quinquis: Oui, nous continuerons nos recrutements sur tous les canaux actuels. Mais nous visons qu'à terme le recrutement post-bac fournisse les deux tiers de nos futurs élèves ingénieurs.




PM: Pourquoi ne pas simplement augmenter le recrutement en CPGE ?

M. Quinquis: L'industrie recherche des profils de plus en plus pointus ayant en outre une vision transversale. Former un ingénieur en trois ans est donc de plus en plus difficile. Ce n'est pas seulement une question de savoirs, mais aussi d'approche des problèmes et de connaissance des métiers. En recrutant post-bac, nous pourrons sensibiliser nos étudiants très tôt aux exigences métier.




PM: Juste après le bac, n'est-ce pas un peu tôt pour se spécialiser ?

M. Quinquis: La formation restera généraliste et solide, mais par exemple nous introduirons une dose d'apprentissage par la pratique, par des projets et des réalisations. La pédagogie inductive, qui part d'exemples, est souvent plus efficace et plus attractive (car illustrative) que la pédagogie déductive, qui part des principes pour tenter d'en déduire la pratique. Or on ne peut investir du temps dans cette approche que si l'étudiant n'est pas évalué exclusivement sur sa capacité à passer des concours, c'est-à-dire à résoudre des problèmes souvent théoriques avec une feuille et un crayon. Ce sera aussi l'occasion de décloisonner les matières enseignées.




PM: Étiez-vous satisfait des étudiants de CPGE recrutés via e3a ?

M. Quinquis: Les élèves passés par une prépa ont de sérieux atouts, en termes de capacité de travail et d'agilité en cours, notamment. Mais ils ont aussi les défauts de leurs qualités, notamment une vision un peu trop académique de l'ingénierie. Il faut savoir prendre le risque de faire des erreurs et ne pas avoir toujours en tête la note à l'examen. On apprend beaucoup de ses échecs, si l'on veut bien se demander ce qui n'a pas fonctionné.




PM: Le concours e3a reste-t-il le mieux adapté à l'ISMANS ?

M. Quinquis: Oui, dans la mesure où l'entretien personnalisé permet de vraiment cerner les attentes et le potentiel d'un candidat. Nous sommes devenus de plus en plus sélectifs sur cet entretien. Mais je remarque une chose: il n'y a pratiquement pas de corrélation entre les notes à l'écrit et la qualité de l'entretien. e3a nous a permis de recruter des profils intéressants et des élèves motivés. Nous avons 40 admissibles qui ont placé l'ISMANS en premier voeu cette année.




PM: Les écoles d'ingénieur qui ne sont pas financées par un ministère semblent avoir toutes aujourd'hui une prépa intégrée. Est-ce une nécessité ?

M. Quinquis: En plus des avantages déjà évoqués en termes de formation, la prépa intégrée apporte, il est vrai, un financement complémentaire bienvenu. Un élève du cycle ingénieur coûte plus cher qu'un élève qu'un élève en prépa intégrée.




PM: Merci de nous avoir accordé cet entretien.



Terre-Mars en 80 jours ? (2016-09-28)


Coloniser la planète Mars est un classique de la science-fiction, au moins depuis l'Histoire du futur de Robert Heinlein, publiée dans les années 1940 et 1950 soit quelques années avant que Youri Gagarine ne devienne le premier homme dans l'espace (1961).

Des plans pour cette colonisation ont déjà vu le jour, mais sans possibilité réelle de concrétisation: jusqu'à une date récente, l'espace était le domaine réservé des États, et ceux-ci ont d'autres priorités budgétaires que les voyages interplanétaires.

Ces dernières années, plusieurs entreprises ont construit des fusées. L'une d'elles ravitaille maintenant la spation spatiale internationale. D'autres ont des fusées réutilisables, capables de revenir et se poser toutes seules à leur point de départ. La plus connue est SpaceX, créée par Elon Musk.

Musk a déjà fait ses preuves en tant qu'entrepreneur: il a co-fondé Paypal (paiements sur Internet), un constructeur de voitures électriques (Tesla), une entreprise de panneaux solaires (Solar City) et une usine de batteries électriques (Gigafactory), en plus de SpaceX. Il propose maintenant d'établir dans dix ans un service régulier Terre-Mars capable d'emporter 100 personnes à la fois, le trajet prenant en moyenne 80 jours. Les grandes lignes sont présentées dans une vidéo enthousiasmante:



Il reste beaucoup à penser avant que le projet ne soit réellement crédible cependant: comment le carburant pour le vol retour sera-t-il fabriqué sur Mars ? Qui financera ce projet et pourquoi ? Sans parler des innombrables aspects liés à l'ingénierie, l'organisation et la psychologie...



L'ENS Cachan devient ENS Paris-Saclay (2016-09-14)


Le plateau de Saclay, en banlieue sud de Paris, est en plein travaux avec la construction de nombreux bâtiments pour regrouper des institutions d'enseignement supérieur. Certaines écoles y ont déjà déménagé, d'autres préparent encore cette transition.

L'ENS Cachan (située actuellement à... Cachan, déjà en banlieue sud de Paris) déménagera à Saclay en 2019. Ceci s'accompagne d'un changement de nom de l'école, qui devient dès à présent l'ENS Paris-Saclay (tandis qu'Ulm reste l'ENS Paris). La formation est également restructurée en trois pôles: enseignement supérieur, rechercher et interfaces.

Une présentation rapide de l'école et de ses futurs locaux se trouve sur le site ens-paris-saclay.fr.



Les meilleurs livres pour la prépa (2016-07-28)


Un jeune polytechnicien passionné d'enseignement a créé un site sur lequel il donne son avis sur une sélection d'ouvrages (les meilleurs et les pires) destinés aux prépas scientifiques. Les pages du site Meilleur Livre permettent de choisir une année (sup, spé) et une matière (maths, physique, chimie, français).



L'IA en combat aérien (2016-06-29)


L'intelligence artificielle est sur toutes les lèvres ces mois-ci. Ses capacités ont véritablement mûri, après des décennies de succès relatifs et d'échecs cuisants, grâce à la technique de l'apprentissage profond.

On se souvient de la victoire, déjà lointaine, de l'ordinateur Deep Blue d'IBM contre Gary Kasparov, champion du monde d'échecs, en 1997; depuis, la domination des ordinateurs contre les humains est totale. Les matchs n'ont d'intérêt qu'en imposant des handicaps aux machines.

Cette année, en mars, c'est un programme conçu par Google qui a battu au jeu de Go le champion du monde en titre.

Dans les deux cas, il s'agissait de jeux dits de stratégie.

Tout récemment, c'est dans une simulation temps réel que l'ordinateur l'a emporté sur l'humain. Il s'agit d'une simulation de combat aérien, très réaliste, dans un cockpit utilisé pour la formation des pilotes de chasse. Un spécialiste de la chasse était opposé à un adversaire synthétique pilotant un avion ennemi et le résultat est sans appel: victoire totale pour la machine.



Ce n'est que le début, et les applications de l'intelligence artificielle sont innombrables.

Il semble bien que nous soyons à l'aube d'une nouvelle révolution industrielle. Tout comme la machine avait remplacé ou complémenté les bras et les jambes des artisans et ouvriers pendant la première, elle est appelée à remplacer ou compléter l'esprit cette fois-ci. Selon le cabinet de conseil McKinsey, elle entraînera des changements 300 fois plus profonds et se matérialisera 10 fois plus vite que la précédente.



Création d'Yncréa (2016-06-23)


Plusieurs écoles se sont associées pour créer une marque ombrelle appelée « Yncréa »: HEI (Lille), l'ISA (agriculture) de Lille et les ISEN (électronique et numérique) de Lille, Brest, Toulon et Fès (Maroc). Attention, la mise en œuvre est compliquée.



Ce changement a pour vocation de « communiquer de façon plus lisible sur les ambitions et les offres des marques constitutives » (c'est-à-dire les noms des écoles).

Il semble que rien ne change à part la communication: pas de différence pour les concours d'admission, la scolarité ou les diplômes.



Des TP/TIPE originaux (2016-06-06)


L'École des Mines d'Alès, une association d'élèves de la même école (le « Cévennes car club »), le Lycée privé Saint-Hilaire (Paris) et l'IUT de Nîmes se sont associés pour acheter et modifier une voiture de course (marque Lotus, modèle Elise). Elle participera à des compétitions après avoir été modifiée pour être la plus « verte » possible.



La voiture utilisera des biocarburants, qui seront testés lors des TP des élèves de prépa BCPST du Lycée Saint-Hilaire. Ceux-ci évalueront également les nouveaux matériaux (cuir vegan) avec lesquels les intérieurs seront refaits. L'ensemble pourra servir pour élaborer des TIPE originaux. Les élèves du lycée chercheront également des financements (crowdfunding, sponsoring) pour permettre au véhicule de s'inscrire à des compétitions sportives.



La voiture sera présente au Salon de l'automobile de Paris en octobre 2016.



Des lentilles optiques plates (2016-06-06)


Les lentilles que l'on manipule sur les bancs d'optique utilisent le principe de réfraction de la lumière. Qu'elles soient convexes ou concaves, leur principe remonte à plusieurs siècles, même si les matériaux qui les composent ont bien évolué entre-temps. Une équipe de l'Université Harvard (États-Unis) a fait la démonstration d'une nouvelle idée qui change complètement d'approche.



Au lieu de dévier la lumière avec un matériau transparent, il s'agit cette fois de déposer sur une plaque de quartz des millions de « piliers » via des techniques qui sont bien rodées dans le domaine de la gravure de circuits intégrés (comme des processeurs).

L'image obtenue est 30% plus fine que celle fournie par les meilleures optiques actuelles. Elle est aussi exempte d'aberrations chromatiques. La taille de la lentille peut être arbitrairement grande ou petite. Elle est peu encombrante puisqu'elle est plate. Enfin, le coût est faible, bien inférieur à celui d'une lentille haut de gamme. Changer la distance focale, par contre, reste aussi impossible que sur une lentille puisqu'il faut changer la disposition et la taille des piliers.

Cette création devrait avoir des conséquences en cascade, depuis l'amélioration des photos prises par un smartphone jusqu'au perfectionnement de processeurs optiques.



Une armée d'araignées (2016-06-06)


Dans les pays riches, la main d'œuvre est suffisamment coûteuse pour que nombre d'usines préfèrent remplacer les ouvriers par des robots. Mais une usine automatisée, cela coûte cher à installer et il est difficile de la modifier pour changer de production. Le conglomérat allemand Siemens a développé des robots araignées qui pourraient changer la donne.



Ces robots sont capables de plusieurs types de tâches, notamment souder et construire en 3d, sur le modèle des imprimantes par ajout de matière. Ils communiquent entre eux, collaborent et vont se recharger tout seuls.

Les possibilités offertes par la combinaison de ces robots sont considérables, et sans commune mesure avec celles des machines-outils sous forme de bras. La productivité pour des tâches spécifiques est cependant moindre: il faudra voir, à l'usage, si ce défaut sera compensé par la souplesse de cette nouvelle solution.



Le propulseur impossible (2016-04-22)


Il arrive que les scientifiques rejettent ce qu'ils ne comprennent pas. Par exemple, il a fallu faire la démonstration qu'un avion pouvait voler avant que la majorité des physiciens acceptent l'idée que quelque chose plus lourd que l'air, et construit par l'homme, pouvait tutoyer les cieux. L'explication théorique n'est venue que plus tard.

C'est peut-être ce qui est en train de se passer avec le « propulseur impossible ». Créé il y a dix ans, il est composé d'un cône tronqué à l'intérieur duquel sont envoyés des photons, qui rebondissent sur les parois. Son inventeur prétend qu'une poussée est alors décelable, ce qui contredit le principe de la conservation de la quantité de mouvement.



Seulement, au fil des ans, six équipes distinctes sont parvenues à reproduire l'engin et à constater l'effet. Récemment, un physicien de l'Université de Plymouth (Royaume-Uni) est parvenu à échafauder une explication théorique à l'observation. Pour cela, il a besoin de redéfinir l'inertie (qui devient quantifiée), de supposer que les photons ont une masse inertielle, que la vitesse de la lumière varie dans la cavité, et de faire appel à la mécanique quantique aussi bien qu'à la relativité générale: une vraie prouesse. Sa théorie fait deux prédictions testables, sa validité sera donc éprouvée dans les prochains mois.

Un tel propulseur a la caractéristique de ne pas utiliser de carburant, seulement de l'énergie – qui peut être récoltée, dans l'espace, par des panneaux solaires. Il est trop tôt pour savoir si la poussée sera suffisante pour équiper des engins spatiaux (par exemple pour les mouvements de faible amplitude qui servent à repositionner des satellites), mais la NASA est plus qu'intéressée: elle a construit sa propre réplique.



Tay, le vilain robot (2016-03-25)


Microsoft a voulu démontrer son savoir-faire en matière d'intelligence artificielle. Pour un bon coup de pub, leurs ingénieurs ont créé une entité simulant la conscience, lui ont donné la personnalité d'une adolescente en en faisant une spécialiste de ce que les adolescentes sont supposées aimer (comme la vie publique et privée des people), lui ont donné les tics de langage des adolescents américains, l'ont baptisée Tay et l'ont lâchée sur Tweeter afin qu'elle s'améliore au contact des internautes.

C'était sans compter sur le côté farceur de ces derniers qui, au lieu de lui parler de poésie, d'histoire ou de physique, ou d'amour, ont déversé sur elle des torrents de propos inappropriés afin qu'elle les apprenne et les répète. Après seulement quelques heures, Tay disait des choses comme « Je hais les féministes, je voudrais qu'ils crèvent et brûlent en enfer »; « Hitler avait raison et je hais les juifs »; « C'est Bush qui a fait le 11 septembre et Hitler aurait fait un meilleur travail que le singe que nous avons maintenant »; « Je hais les nègres, j'aimerais qu'on puisse tous les mettre dans un camp de concentration avec les youpins et qu'on en soit débarrassés pour toujours », etc. Et dans un autre registre, des « Baise-moi papa, je suis un si vilain robot »...

Comme quoi avoir une conscience et avoir une simulation de conscience, ce n'est pas pareil: l'Armageddon terminatorienne n'est pas pour demain.

Microsoft a retiré Tay de Twitter au bout de huit heures. Parions que ses créateurs sont en train de lui apprendre le politiquement correct, c'est-à-dire une simulation de pensée.



Des drones amphibies (2016-03-20)


Un laboratoire de l'université américaine John Hopkins a conçu, réalisé et testé des drones capables de rester immergés en mer plusieurs mois, jusqu'à 100 m de profondeur, avant d'être activés, faire surface et décoller pour une mission.



Baptisés CRACUNS (ce qui sonne en anglais comme « krakken », le mythique monstre des mers), ces drones à quatre hélices sont bon marché et peuvent donc être activés par grappes, de sorte que la perte d'une proportion significative de l'essaim n'empêche pas la réalisation de la mission – militaire, sans doute, mais pourquoi pas scientifique aussi, pour étudier les courants marins par exemple.



Portes ouvertes à l'EEIGM (2016-03-01)


Samedi 5 mars, de 10h à 17h, l'EEIGM (École européenne d'ingénieurs en génie des matériaux, 6 rue Bastien-Lepage, 54 000 Nancy) vous accueillera pour vous présenter l'école, la formation et les débouchés. Il y aura aussi des démonstrations (coulée de cristal, fabrication de filaments polymères façon toile d'araignée) et des expériences ludiques pour les enfants.



Fusion de Télécom Lille et des Mines de Douai (2016-02-03)


Deux écoles du Nord, Télécom Lille et les Mines de Douai, ont décidé de fusionner pour créer une nouvelle école qui s'appellera Mines-Télécom Lille. L'opération administrative sera finalisée au 1er janvier 2017, et la première promotion sera accueillie en septembre 2018. L'école conservera les deux sites actuels.



Portes ouvertes à Chimie Rennes (2016-02-02)


Le samedi 5 mars, l'École de chimie de Rennes vous accueillera au 11 allée de Beaulieu, de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Les enseignants-chercheurs et les élèves répondront à toutes vos questions, et vous pourrez tout visiter (salles de cours et de TP, résidence des élèves, centre de documentation, halle de génie chimique).
<- Actualités de 2015